Santé publique

Mathilde Debord | 24 juillet 2023

Explosion des invalidités aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis 2021 : The UK Disability Project (1/2)

Trois jeux de données concernant l’état de santé des personnes vaccinées dans le monde viennent d’être publiés en juillet 2023. Les deux premiers, le UK Disability Project et le US Disability Project sont issus de la société d’investissement Phinance Technologies. Ils montrent une explosion des invalidités ou des handicaps, étroitement corrélée au déploiement des injections et affectant l’ensemble des tranches d’âge au Royaume-Uni et aux États-Unis. Le même signal alarmant est également adressé par la Réserve fédérale américaine. Retour sur les données anglaises.

Explosion des invalidités en 2021 au Royaume-Uni
© Marcus Aurelius

La société d’investissement Phinance Technologies produit des données macroéconomiques mondiales destinées aux décideurs, aux chercheurs et aux institutions, accessibles gratuitement à chaque citoyen. Elle édite notamment des simulations et des analyses rétrospectives permettant de comprendre les tendances démographiques observées dans différents pays. Plusieurs d’entre elles, regroupées sous l’étiquette « Human Projects » sont consacrées à l’évaluation de l’impact de la vaccination COVID-19 sur l’économie et la santé de la population.

Le projet « Handicap, Royaume-Uni » (UK Disability PIP), une mine de données accessibles à chaque citoyen

L’un de ces jeux de données (UK Disability PIP Project), basé sur l’enquête du programme britannique Pension Indépendance Personnelle (Personal Independence Pension — PIP) du département du Travail et des Pensions (Department of Work and Pensions — DWP) concerne l’analyse des handicaps au Royaume-Uniayant donné lieu au versement d’une pension d’invalidité. Il se compose d’une série de tableaux et de graphiques détaillant l’évolution des nouvelles demandes d’invalidité pour différents groupes d’âge et différents systèmes corporels en fonction des causes ou des conditions qui ont conduit à la demande d’invalidité. Les critères d’éligibilité sont l’âge (16-64 ans ou + 64 ans pour les personnes n’étant plus prises en charge, mais développant une complication connexe ou la même pathologie) et la sévérité du problème médical ou du handicap, défini comme :

  • affectant la vie quotidienne ou la mobilité de la personne depuis au moins 3 mois ;
  • étant susceptible de durer au moins 9 mois (sauf en phase terminale) ;
  • récidivant si la personne est une nouvelle demande pour le demandeur PIP âgé de plus de 64 ans si le PIP a cessé au cours de l’année précédente et présente maintenant une demande pour la même affection (ou une complication connexe).

Ces données, complétées par celles du projet UK Absence rates Project, sont d’un intérêt crucial dans le contexte actuel puisqu’elles permettent de contourner le refus des autorités sanitaires de communiquer des statistiques sur l’état de santé de la population selon son statut vaccinal.

Précisons-le d’emblée, l’un des fondateurs de Phinance Technologies, Edward Dowd, est un ancien gestionnaire de fonds BlackRock qui a décidé d’utiliser ses compétences en analyse de données, il y a deux ans, pour tenter de comprendre l’impact sanitaire de la vaccination. Il est l’auteur d’un livre paru en décembre 2022 où il analyse l’ampleur de l’épidémie de morts subites observée chez les jeunes adultes et les enfants depuis le déploiement des injections d’ARN messager “Cause Unknown” : The Epidemic of Sudden Deaths in 2021 and 2022 (“Cause inconnue” : l’épidémie de morts subites en 2021 et 2022). Il est également l’un des tout premiers lanceurs d’alerte à avoir identifié un signal puissant reflété par les données collectées par les assureurs, comme nous l’avons rapporté à l’époque :

« Au début de 2021, Ed a remarqué une augmentation des rapports sur les morts subites chez les athlètes et les jeunes à travers le pays. Il a recueilli des preuves auprès du secteur des assurances, des salons funéraires et des bases de données gouvernementales pour découvrir une augmentation des morts subites chez les Américains en âge de travailler. »

Si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est donc parfaitement normal. Les médias français auront choisi de faire honneur à la tradition qui fut la leur pendant la guerre et qui fut réactivée à grands coups de subventions par celui qui a mis un point d’honneur à ce que chacun puisse, par solidarité virtuelle, tester sa propre résistance à l’injection. Si vous avez survécu, que vous êtes vivant et en bonne santé, il est temps de savoir à quoi vous avez échappé.

https://twitter.com/Belem_74/status/1681546418513690624?s=20

L’impact délétère des injections sur la santé des Anglais est statistiquement incontestable

Le projet UK Disability PIP est donc un projet dont l’objectif est parfaitement assumé, mais qui se base exclusivement sur des données de santé officielles. Chacun peut les éditer et vérifier par lui-même les informations qu’elles fournissent, cet article est une invitation à le faire :

« Nos graphiques permettent aux individus, aux chercheurs et aux institutions de visualiser les données et de tirer leurs propres conclusions en fonction de ce qu’ils observent. Les utilisateurs peuvent parcourir les différentes causes d’invalidité et les groupes d’âge.

Chaque graphique interactif tente de capturer différents aspects du changement observé dans les autorisations PIP au cours des années de pandémie de COVID-19. Toutes les données sont téléchargeables et les sources de données originales sont fournies. Nous nous efforcerons de mettre à jour nos serveurs au fur et à mesure que de nouvelles données seront disponibles. »

Notre analyse montre que les autorisations PIP pour les nouvelles demandes ont considérablement augmenté en 2021 et 2022 par rapport aux périodes précédentes. En examinant le comportement de la cause sous-jacente des demandes d’invalidité, nous observons que certaines causes ont augmenté rapidement à partir de début 2021 tandis que d’autres n’ont commencé à augmenter fortement qu’à partir de fin 2021 ou 2022. L’analyse détaillée des tendances des demandes d’invalidité par cause pourrait fournir des informations importantes pour les chercheurs du domaine médical qui veulent comprendre ce qui se passe dans la population. »

The UK Disability PIP Project

L’étude présente l’évolution des demandes par type de système d’organes, mais également par cause sous-jacente, en détaillant les résultats par pathologie, par mois et par an.

Sur Twitter, où il a commenté cette étude, Edward Dowd est revenu sur plusieurs résultats qu’il estime particulièrement inquiétants. Les valeurs ci-dessous correspondent aux écarts par rapport à la moyenne des nouvelles demandes d’invalidité enregistrées sur la période 2016-2019 :

  • système hématologique (troubles sanguins) : + 522 % en 2022, portée à 693 % en janvier 2023 ;
  • système cardiovasculaire : + 121 % en 2022 (+ 143 % en janvier 2023) ;
  • insuffisance cardiaque : + 336 % en 2022 (+ 513 % en janvier 2023) ;
  • péricardite : + 687 % en 2022 ;
  • trouble du spectre autistique : +256 % en janvier 2023.

Ces écarts par rapport aux moyennes prépandémiques sont résumés dans le tableau 1 (Évolution du nombre de réclamations annuelles en 2020, 2021 et 2022 par rapport à la moyenne 2016-2019). Le tableau 2 retrace l’augmentation du nombre de réclamations annuelles et mensuelles pour les principales causes sous-jacentes de type cardiovasculaire.

À noter, contrairement à l’hypothèse commune, la hausse des cancers commence timidement en 2021 après cinq années d’une stabilité remarquable, mais augmente sensiblement en 2022. En comparaison avec les maladies cardiovasculaires, cette hausse est beaucoup moins massive (+ 35 %), mais elle est plus élevée dans des tranches d’âge jeune (45 % chez les 35-39 ans, 48 % chez les 40-44 ans) et pour certains types de cancer, par exemple les cancers du sein (48 %) ou du sang (53 %).

Tableau 1 : Évolution du nombre de nouvelles demandes d’invalidité en 2020, 2021 et 2022 par rapport à la moyenne 2016-2019

Demandes d'invalidités par système d'organes en 2020, 2021 et 2022, Royaume-Uni
Demandes d’invalidités par système d’organes en 2020, 2021 et 2022, Royaume-Uni

Tableau 2 : Évolution du nombre de nouvelles demandes d’invalidité entre 2016 et 2023 pour les causes sous-jacentes cardiovasculaires

Demandes d'invalidités pour une cause cardio-vasculaire en 2020, 2021 et 2022, Royaume-Uni
Demandes d’invalidités pour une cause cardio-vasculaire en 2020, 2021 et 2022, Royaume-Uni

Au-delà des évolutions que nous avons résumées dans deux figures (par système d’organes et par âge), le point remarquable de l’étude est de superposer aux graphiques la courbe d’évolution du nombre de doses vaccin. Les plus sceptiques répondront que « oui, mais ça ne veut rien dire, les primo-injections et les doses de rappel sont mélangées… ». Dont acte, nous retenons principalement que trois tendances se détachent :

  • l’augmentation du nombre de réclamations en excès suit la même évolution, quel que soit le système d’organes considéré : elles commencent à augmenter brutalement en 2021 et explosent en 2022 ;
  • toutes les tranches d’âge sont concernées, y compris les plus jeunes ;
  • ces augmentations sont corrélées à celles du nombre de doses administrées. Les auteurs du rapport évoquent « une augmentation extrême de certaines conditions qui ont été associées au déploiement de l’inoculation d’ARNm ». Ils précisent :

« En particulier, nous pouvons observer que les maladies hématologiques ont montré une augmentation extraordinaire à partir du début de 2021, presque coïncidant avec le déploiement du vaccin COVID-19. Nous observons également l’augmentation des réclamations liées au système cardiovasculaire et liées au système musculo-squelettique, qui sont probablement dues à l’inflammation. Nous observons également que l’augmentation des cancers a, jusqu’à présent, été modérée, mais nous sommes préoccupés par le fait que ces résultats sont de nature à plus long terme et devraient donc continuer à augmenter dans les années à venir. »

Figure 1 : Évolution du nombre de réclamations annuelles en 2020, 2021 et 2022 par rapport à la moyenne 2016-2019 par système d’organes, tous âges confondus

Hausse des demandes d'invalidité annuelles par système d'organes, 2016-2022, Royaume-Uni (UK PIP Project)
Hausse des demandes d’invalidité annuelles par système d’organes, 2016-2022, Royaume-Uni (UK PIP Project)

Figure 2 : Évolution du nombre de réclamations annuelles en 2020, 2021 et 2022 par rapport à la moyenne 2016-2019 par âge, tous systèmes d’organes confondus

Hausse des demandes d'invalidité annuelles par tranche d'âge, 2016-2022, Royaume-Uni (UK PIP Project)
Hausse des demandes d’invalidité annuelles par tranche d’âge, 2016-2022, Royaume-Uni (UK PIP Project)

Dans leurs conclusions, les auteurs lancent un appel aux médecins et aux scientifiques pour les aider à décrypter ces résultats :

« Chez Phinance Technologies, nous ne sommes pas des médecins et, en particulier, pas des spécialistes des différents domaines médicaux qui sous-tendent les causes de réclamation d’invalidité, nous avons donc besoin d’aide pour comprendre toutes les implications de notre analyse. Nous encourageons les médecins et les chercheurs médicaux à utiliser nos données afin de comprendre le phénomène en question. »

Ces résultats sont-ils surprenants ? Pas vraiment selon les auteurs qui estiment qu’ils sont une « confirmation statistique des nombreuses anecdotes […] vécues quotidiennement dans la société qui [les] entoure, et rapportées par les médias ». Les médecins auront-ils le courage de sortir enfin de leur silence ? On voit mal comment ils se risqueraient à confesser publiquement qu’ils ont accepté de se murer dans un silence indécence depuis plus de deux ans. Nous sommes sur ce principe plus que jamais convaincu que la France ne sera libérée de cette dramatique omerta que grâce au soutien de l’étranger. Viendra-t-il à nouveau des États-Unis ? L’audience qu’a reçue le rapport publié il y a quelques jours par Phinance Technologies nous invite en tout cas à y croire. Ils ont été commentés dans l’émission Ask Dr Drew dont la chaîne YouTube dénombre plus de 150 000 abonnés et relayés par des comptes Twitter également très suivis.

Le site lepointcritique.fr ne se fixe pour mission que d’informer le public. Il n’a donc en aucun cas vocation à se substituer ni à un avis ni à un diagnostic médical, encore moins à conseiller ses lecteurs sur l'usage ou le non-usage d'un médicament.

Dernièrement sur Le Point Critique

H5N1 : Douze choses à savoir avant la tempête (épisode 4)

Vol de canards colverts au-dessus d'un lac
Personne ne peut dire si l’épizootie de grippe A H5N1 qui sévit actuellement dans le monde animal deviendra ou non une pandémie, mais on dispose…
Équipe Le Point Critique

Les injections anti-COVID sont des armes biologiques, selon l’auteur de la loi américaine

Rangée d'ampoules avec un signe de danger biologique
Dans un affidavit daté du 27 mai, le Pr de droit international Francis Boyle déclare sous serment que les injections anti-COVID sont des armes de destruction…
Équipe Le Point Critique

Un tribunal américain reconnaît que les injections anti-COVID ne sont pas des vaccins

Allégorie de la justice représentant la déesse Thémis les yeux bandés tenant une balance à bout de bras.
Une décision de justice confirme outre-Atlantique que les injections anti-COVID sont une mesure de protection strictement individuelle. Les obligations…
Équipe Le Point Critique

Rétropédalages en série Emmanuel Macron sur le front de l’Ukraine

Avion Mirage 2000 en vol
Emmanuel Macron s’est exprimé ce jeudi en marge des célébrations du 80e anniversaire du Débarquement. Il a fait une série d’annonces,…
Équipe Le Point Critique

Un quotidien anglais mainstream brise le tabou de la mortalité vaccinale

Crânes et ossements trouvés dans des catacombes.
Une étude publiée dans le quotidien britannique The Telegraph sonne l’alarme sur la persistance d’une surmortalité, dans les pays occidentaux,…
Équipe Le Point Critique

Le projet de loi sur la fin de vie pulvérise le tabou de l’euthanasie

Personne âgée accompagnée par un médecin
Le projet de loi sur la fin de vie a été débattu en première lecture à l’Assemblée nationale du 13 au 18 mai 2024. Il ouvre l'accès à une aide…
Mathilde Debord

L’EMA a-t-elle organisé un essai de thérapie génique au prétexte du COVID (2/3) ?

Flacon de vaccin anti-COVID
L’Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé en novembre 2023 qu’elle ne suspendrait pas l’autorisation de mise sur le marché des injections…
Mathilde Debord

L’EMA a-t-elle organisé un essai de thérapie génique au prétexte du COVID (1/3) ?

Manipulation d'embryon basée sur la technologie CRISPR
Fin novembre 2023, des députés européens ont rendu publique la réponse de l’EMA à la lettre dans laquelle ils l’exhortent à suspendre l’homologation…
Mathilde Debord
Recevez gratuitement l’information du Point Critique, en continu sur vos écrans !