Ingénierie sociale

Mathilde Debord | 16 juillet 2023

« Le COVID-19 a été le test de la responsabilité sociale », selon le World Economic Forum

Follow the money (Suivez l’argent) est généralement un moyen pertinent pour comprendre pourquoi des décisions contraires à l’intérêt des citoyens sont appliquées en son nom pour le bénéfice de quelques acteurs privés. Une autre solution consiste à aller lire à la source ce qu’écrivent ces donneurs d’ordre. Peut-être aurions-nous dû prendre le temps de lire ce que le World Economic Forum écrivait en octobre 2022 concernant le COVID…

Wolrd Economic Forum "Engagé à améliorer l'état du monde"
© Evangeline Shaw

Fidèle à sa tradition, TFI a souhaité démentir le 17 novembre 2022 une rumeur complotiste relayée dans un tweet dont l’auteur (non divulgué) serait issu de la mouvance Qanon, concernant le projet de mise en place d’un pass carbone calqué sur le modèle du pass sanitaire :

« Des internautes alertent sur l’arrivée d’un outil de “suivi de votre empreinte carbone”.

Selon eux, les dirigeants du monde ont décidé mettre en place ce dispositif pour sanctionner les plus pollueurs.

Cette théorie n’est que pure spéculation.

Après le pass sanitaire, le pass carbone ? Cette idée selon laquelle ceux qui nous gouvernent souhaiteraient à nouveau priver les citoyens d’un certain nombre de libertés obsède les cercles complotistes. Or, ils détiendraient désormais la preuve qu’une telle manœuvre serait en cours. Ce mercredi 16 novembre, un amateur des théories QAnon a affirmé qu’un dispositif de suivi de “l’empreinte carbone” a été décidé au Forum économique mondial de Davos. Vidéo à l’appui, il précise le mécanisme. Lorsque votre empreinte carbone atteint 500, pas le droit d’acheter des billets d’avion. 1 000, votre taux d’imposition augmente de 30 %. 2 000, pas le droit de conduire votre voiture, transports en commun uniquement, etc.” De quoi inquiéter les plus de 60 000 personnes qui ont visionné la séquence. Mais sur quoi se fondent ces craintes ? »

TF1, 17/11/2022

« Après le pass sanitaire, le pass carbone ? » : halte au complot ! (TF1)

L’argument phare de TFI est d’une simplicité biblique : le tweet déformerait les propos de l’auteur de la vidéo dont TF1 a souhaité rectifier la traduction en précisant que le dispositif promu par le très influent Forum économique mondial (World Economic Forum — WEF) n’a « rien à voir, a priori, avec un pass coercitif » :

« Très précisément, on l’entend dire (en anglais dans la vidéo) : “Nous développons, grâce à la technologie, la possibilité pour les consommateurs d’évaluer leur propre empreinte carbone. Qu’est-ce que cela évalue ? Là où ils voyagent, comment ils voyagent, ce qu’ils mangent, ce qu’ils consomment. Il s’agit d’un outil de suivi de l’empreinte carbone individuelle. Cet outil n’est pas encore opérationnel, mais restez branchés. C’est quelque chose sur lequel nous travaillons.” »

TF1, 17/11/2022

La première page de Google concernant la recherche « pass carbone » à partir de laquelle nous avons déniché cette perle journalistique présente l’article de TF1 de la manière suivante :

“Pass carbone” : cette option est-elle réellement sur la table ?

Déclaration: Un dispositif de suivi de l’empreinte carbone a été décidé au Forum économique mondial de Davos

Source: Des publications sur les réseaux sociaux

Fact-checking par TF1 Info : Faux

Ce résultat est encadré par quatre autres liens internet :

  • 27 avril 2023 : « Réforme du marché carbone : les vingt-Sept s’accordent pour faire payer le CO2 aux ménages » (La Tribune)
  • 6 janvier 2023 : « 2023, année de la mise en place d’un quota carbone individuel ? » (Les Échos)
  • 29 juin 2023 : « Après le pass sanitaire, le pass climatique » (HelloCarbo)
  • Février 2022 : « La carte carbone peut-elle être simple, efficace et juste » (Gouvernement)

Mais passons sur ce nouveau délit de désinformation commis avec zèle par l’infâme TFI qui oublie de mentionner la proposition de loi déposée le 30 juin 2020 par le député insoumis François Ruffin et sa collègue écologiste Delphine Batho visant à instaurer un « quota carbone individuel de transport aérien ». Autrement dit, un quota annuel de vols autorisés fixé par décret ministériel et réajusté chaque année en fonction des efforts réalisés collectivement. Toute la beauté du communisme pilotée en pratique par des cabinets de conseil dont on sait aujourd’hui qu’ils participent à l’écriture de la loi.

« My Carbon » : « Le COVID-19 a été le test de la responsabilité sociale » (WEF)

La vérification élémentaire de cette information via la requête « pass carbone wef » permet d’accéder simplement à la page « “My Carbon”: An approach for inclusive and sustainable cities » (“My Carbon” : Une approche pour des villes inclusives et durables), publiée le 14 septembre 2022 : https://www.weforum.org/agenda/2022/09/my-carbon-an-approach-for-inclusive-and-sustainable-cities/. C’est le 2e résultat présenté par Google après l’article de TF1.

Stupeur et tremblements, on apprend que le pass carbone est en réalité un projet ancien, basé sur les restrictions, socialement et politiquement inacceptables et qui, pour cette raison, avait toujours échoué à être accepté par les gouvernements. Mais on apprend surtout deux choses :

  • le COVID19 a été un « test de responsabilité sociale » (c’est-à-dire de soumission) que les citoyens ont réussi haut la main ;
  • les mesures de « responsabilité sociale » acceptées (port du masque, vaccination de masse, distanciation sociale et outil de tracking téléphonique), dont on sait qu’elles ont pu l’être grâce à deux outils majeurs de coercition qu’ont été le pass (sanitaire puis vaccinal) et la vaccination obligatoire (dixit Olivier Véran), ne relevaient pas d’un objectif de santé publique.

Complot ou réalité ? Il suffit de lire :

« Notre monde se transforme – grandes tendances communautaires pour des villes durables

Il y a eu des développements significatifs au cours des cinq à sept dernières années sur les fronts sociaux, environnementaux et technologiques qui pourraient aider à concrétiser les initiatives « “My Carbon” pour façonner l’avenir vers des villes intelligentes et durables.

Plus précisément, pour mentionner trois développements dans ce contexte :

1. COVID-19 a été le test de la responsabilité sociale – Un grand nombre de restrictions inimaginables pour la santé publique ont été adoptées par des milliards de citoyens à travers le monde. Il existe de nombreux exemples dans le monde de maintien de la distance sociale, de port de masques, de vaccinations de masse et d’acceptation des applications de recherche des contacts pour la santé publique, ce qui démontre le cœur de la responsabilité sociale individuelle. […]

Il existe un nombre important de programmes et d’applications permettant aux citoyens de contribuer aux émissions de carbone en les sensibilisant en profondeur aux choix de carbone personnel pour l’alimentation, les transports, l’énergie domestique et les choix de vie. »

WEF. My Carbon”: An approach for inclusive and sustainable cities. Sept 2022.

Le COVID a-t-il été, en dépit du drame qu’il a représenté pour les citoyens du monde entier, un effet d’aubaine pour tous ceux qui se désespèrent de la difficulté à obtenir de l’homme un changement radical de ses habitudes, nécessaire pour s’adapter aux défis du changement du climatique et atteindre les objectifs de développement durable édictés par les Nations unies ?

C’est la prédiction que faisait dès juillet 2020 le cofondateur du WEF, Klaus Schwab, qui en assure la direction depuis sa création en 1977, dans le livre COVID-19 : la grande réinitialisation (COVID-19: The Great Reset), et que sa fille, Nicole, reprenait à son compte un mois plus tôt, lors d’un entretien où elle explique le besoin urgent pour l’humanité d’opérer « une transition verte mondiale ». Rien d’étonnant à cela puisqu’elle est aujourd’hui membre de son comité exécutif et qu’elle en reprendra sous toute vraisemblance le flambeau :

« Le COVID a démontré, d’une part, que changements rapides peuvent être mis en œuvre lorsque nous percevons un sentiment d’urgence immédiat qui menace nos moyens de subsistance, et, d’autre part, que le monde que nous connaissions avant la pandémie n’est pas durable. J’y vois donc une formidable opportunité d’avoir enfin cette grande réinitialisation et d’utiliser ces énormes flux d’argent que vous connaissez pour augmenter aujourd’hui les leviers accrus, et créer un changement qui n’est pas progressif, mais où nous pourrons regarder en arrière et constater que ce fut le moment où nous avons vraiment commencé à positionner la nature au cœur de l’économie en prenant le point de vue des entreprises… »

Schwab N. The urgency of a global Green Transition. June 2020

La prophétie s’est réalisée, mais compte tenu du caractère public de ces déclarations et de leur vertu apparente ou revendiquée, il est toujours étonnant de constater l’empressement des médias dits mainstream à s’insurger que l’on puisse les citer ou s’inquiéter des intentions de leurs auteurs. On peut a minima saluer leur génie d’avoir perçu aussi précocement l’impact qu’aurait le COVID sur le monde.

Merci à Felicia Sideris, l’auteur de cet article qui, explique TF1, a rejoint les rangs de la rédaction numérique du groupe TF1 dès sa sortie d’école avant de se « spécialiser dans le fact-checking en intégrant la cellule Les Vérificateurs à la rentrée 2020 ». Souhaitons bonne chance à cette jeune pousse dotée d’un incroyable talent, d’une curiosité et d’une force de travail admirable.

Dernièrement sur Le Point Critique

« Il va y avoir une détonation nucléaire en Europe », un député britannique alerte

Explosion nucléaire
L’OTAN envisagerait de déclencher une attaque sous faux drapeau sur une ville européenne en utilisant une « bombe sale » et d’en imputer la responsabilité…
Mathilde Debord

H5N1 : Douze choses à savoir avant la tempête (épisode 4)

Vol de canards colverts au-dessus d'un lac
Personne ne peut dire si l’épizootie de grippe A H5N1 qui sévit actuellement dans le monde animal deviendra ou non une pandémie, mais on dispose…
Équipe Le Point Critique

Les injections anti-COVID sont des armes biologiques, selon l’auteur de la loi américaine

Rangée d'ampoules avec un signe de danger biologique
Dans un affidavit daté du 27 mai, le Pr de droit international Francis Boyle déclare sous serment que les injections anti-COVID sont des armes de destruction…
Équipe Le Point Critique

Un tribunal américain reconnaît que les injections anti-COVID ne sont pas des vaccins

Allégorie de la justice représentant la déesse Thémis les yeux bandés tenant une balance à bout de bras.
Une décision de justice confirme outre-Atlantique que les injections anti-COVID sont une mesure de protection strictement individuelle. Les obligations…
Équipe Le Point Critique

Rétropédalages en série Emmanuel Macron sur le front de l’Ukraine

Avion Mirage 2000 en vol
Emmanuel Macron s’est exprimé ce jeudi en marge des célébrations du 80e anniversaire du Débarquement. Il a fait une série d’annonces,…
Équipe Le Point Critique

Un quotidien anglais mainstream brise le tabou de la mortalité vaccinale

Crânes et ossements trouvés dans des catacombes.
Une étude publiée dans le quotidien britannique The Telegraph sonne l’alarme sur la persistance d’une surmortalité, dans les pays occidentaux,…
Équipe Le Point Critique

Le projet de loi sur la fin de vie pulvérise le tabou de l’euthanasie

Personne âgée accompagnée par un médecin
Le projet de loi sur la fin de vie a été débattu en première lecture à l’Assemblée nationale du 13 au 18 mai 2024. Il ouvre l'accès à une aide…
Mathilde Debord

L’EMA a-t-elle organisé un essai de thérapie génique au prétexte du COVID (2/3) ?

Flacon de vaccin anti-COVID
L’Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé en novembre 2023 qu’elle ne suspendrait pas l’autorisation de mise sur le marché des injections…
Mathilde Debord
Recevez gratuitement l’information du Point Critique, en continu sur vos écrans !